PollsCatcher - Où en sont les intentions de vote aux élections européennes ? - PollsPosition

Où en sont les intentions de vote aux élections européennes ?

Les sondages qui vous ont échappé cette semaine

Par Alexandre Andorra

Le 09/11/2018

Bienvenue dans PollsCatcher, notre synthèse des sondages qui vous ont échappé cette semaine

Les intentions de vote aux européennes 2019

  • Cette semaine, un sondage Elabe (1002 personnes, 6 au 7 novembre) fait le point sur les intentions de vote des Français pour les élections européennes de mai 2019.
  • 5 Français sur 9 se disent intéressés par les élections européennes de mai 2019. Plus vous êtes âgé et d'une catégorie sociale supérieure, plus votre intérêt augmente. Les électeurs des partis situés aux extrêmes et les abstentionnistes de la dernière présidentielle sont les moins intéressés.
  • Cette répartition se retrouve dans l'importance accordée aux prochaines élections européennes. Globalement, 5 Français sur 7 pensent que les élections de 2019 seront importantes pour le futur de l'Europe.
  • La lutte contre le terrorisme, la maîtrise des flux migratoires et l'environnement sont les enjeux les plus importants selon les Français (chacun cités par environ 4 Français sur 11). La croissance économique et le chômage suivent de près, tous deux cités par 3 Français sur 10.
  • 3 Français sur 8 avancent que l'adhésion aux idées de la liste sera leur principale motivation de vote. Seuls les électeurs potentiels du RN (2 sur 5) et du PS sont principalement motivés par un mécontentement envers l'exécutif. Signe que l'UE reste un facteur secondaire dans leur choix, seuls 2 électeurs potentiels sur 15 voient leur vote principalement comme une possibilité d'exprimer leur mécontentement à l'égard de l'UE.
  • Les intentions de vote sont cohérentes avec les enjeux et motivations précédentes : le RN obtient 20% (+0,5 point vs. mai 2018), LREM 19,5% (-4,5 points), LR 15% et LFI 11% (+1 point). EELV, le PS et Debout la France suivent avec environ 7% chacun. La proportion d'électeurs potentiels augmente de 11 points en 5 mois, s'établissant à 44% des inscrits.

Autres sondages

  • 3/5 de la population mondiale - dont 3 Français sur 4, parmi les plus pessimistes au monde - trouvent que leur pays est sur la mauvaise voie, la corruption étant leur principale sujet d'inquiétude (Ipsos, 20 787 personnes, 24 août au 7 septembre).
  • 3 Français sur 5 affirment qu'ils ne postuleraient pas pour intégrer une entreprise inscrite sur une liste officielle des employeurs respectant le moins l'égalité salariale homme-femme. Si 3 femmes sur 4 s'abstiendraient, seul 1 homme sur 2 ferait de même (Ifop, 1014 personnes, 23 au 24 octobre).
  • 3 Français sur 5 sont favorables à la fin de l'emploi à vie dans la fonction publique (Odoxa, 988 personnes, 30 au 31 octobre).
  • 7 Français sur 10 voient la protestation contre la hausse des prix des carburants, prévue le 17 novembre, d'un oeil positif. Comme nous le rappellions la semaine dernière, 8 Français sur 10 souhaitent dans le même temps que "l’écologie et la protection de l’environnement constituent une priorité dans l’action du gouvernement". Les soutiens les plus actifs de cette mobilisation sont les sympathisants RN (3 sur 4), les sympathisants LFI (3 sur 5), les ouvriers (3 sur 5) et les habitants de communes rurales (5 sur 9) (Ifop, 1000 personnes, 6 au 7 novembre). BVA (1094 personnes, 6 au 7 novembre) rapporte un soutien global similaire, à 2 Français sur 3.
  • Pour 1 Britannique sur 2, le Brexit est le plus gros problème rencontré par leur pays actuellement #ThankYouNigel #ThankYouBoris #ThankYouDavid (Ipsos, 2200 personnes, 28 septembre au 3 octobre).
  • Jean-Luc Mélenchon perd encore 8 points d'approbation en octobre, à 32% - une perte de 16 points en 2 mois. Surtout, il perd 14 points auprès des sympathisants LFI, qui sont désormais 7 sur 9 à l'approuver. Toutefois, 55% des Français le préfèrent à Marine Le Pen quand ils doivent choisir entre les deux (31% pour M. Le Pen) (Ifop, 1003 personnes, 31 octobre au 3 novembre).
  • 3 Français sur 4 ont une bonne image de l'intelligence artificielle. L'IA est vue comme utile et facilitant la vie, mais elle est aussi associée à la destruction des emplois et à la déshumanisation. Ces craintes sont plus présentes chez les personnes les moins diplômées et d’une catégorie sociale moins élevée (Ifop, 1505 personnes, 16 au 19 octobre).
  • En hiver, 5 Français sur 9 ont parfois froid dans leur logement, malgré l'utilisation du chauffage. Je vous arrête tout de suite, les proportions les plus basses se trouvent... en Bretagne et en Alsace, où seuls 35% ont froid. Ceux qui ont le plus froid habitent... en région parisienne - 1 Francilien sur 2 (OpinionWay, 2098 personnes, 15 au 19 octobre).

La popularité de Macron

Emmanuel Macron perd 1 point dans notre agrégateur, à -39 points de popularité nette (29,3% approuvent, 68% désapprouvent). Il continue de creuser le plancher de son mandat. Son approbation nette était à -37 points il y a deux semaines (30,4% vs. 67%), et à -34 il y a un mois (31,3% vs. 65,7%).

Alexandre Andorra est co-fondateur de PollsPosition.