PollsCatcher - Le "Grand débat national" : pourquoi, comment, jusqu'où ? - PollsPosition

Le 'Grand débat national' : pourquoi, comment, jusqu'où ?

Les sondages qui vous ont échappé cette semaine

Par Alexandre Andorra

Le 18/01/2019

Bienvenue dans PollsCatcher, notre synthèse des sondages qui vous ont échappé cette semaine.

Les Français, les gilets jaunes et le grand débat

  • Nous sommes heureux de vous retrouver, après des fêtes que l'on espère revigorantes ! Cette semaine, nous zoomons sur la perception du "Grand débat national" lancé par E. Macron le 15 janvier : qu'en pensent les Français ? Qu'en attendent-ils ? Et comptent-ils y participer ? Deux sondages Elabe (1006 personnes, 14 janvier) et Ifop (1003 personnes, 4 au 5 janvier) nous permettent de le faire cette semaine.
  • 4 Français sur 10 disent avoir l'intention de participer au "Grand débat national". Seul 1 sur 10 se dit certain de participer, pendant qu'1 "gilet jaune" sur 4 déclare avoir l'intention de participer.
  • 1 Français sur 2 souhaite voir abordé le thème du pouvoir d'achat, et 4 sur 9 (45%) attendent que les impôts et taxes soient abordés. Les personnes s'identifiant comme "gilets jaunes" ont les deux mêmes premières priorités.
  • A l'issue du débat, 1 Français sur 2 souhaite que les avantages des élus soient supprimés (mais lesquels? Telle est la question), 4 sur 9 veulent la diminution du nombre de parlementaires, et 4 sur 10 espèrent une baisse de la TVA sur les produits de première nécessité. Les "gilets jaunes" auto-identifiés ont les mêmes priorités, auxquelles s'ajoute le rétablissement de l'ISF : 1 sur 2 le demande, contre 1/3 de la population totale.
  • N'ayant donné le choix qu'entre 5 propositions, l'Ifop obtient des résultats sensiblement différents : 8 Français sur 10 adhèrent à la réduction du nombre de parlementaires, au référendum d'initiative citoyenne ou à la prise en compte du vote blanc. 3 Français sur 4 soutiennent l'introduction d'une dose de proportionnelle pour l'élection des députés, et la même proportion soutient le rétablissement de l'ISF - un pourcentage supérieur de 45 points au chiffre d'Elabe.
  • Les mesures institutionnelles testées par l'Ifop sont largement majoritaires dans toutes les sensibilités partisanes. Ainsi, les 2/3 des sympathisants LREM et LR soutiennent le rétablissement de l'ISF.
  • Si 2 Français sur 3 pensent que le "Grand débat" sera ouvert à tous et qu'1 sur 2 considère que tous les sujets pourront y être abordés, seuls 4 sur 10 pensent que le gouvernement tiendra compte des points de vue exprimés. En conséquence, seul 1 Français sur 3 estime que le "Grand débat" permettra de sortir de la crise des "gilets jaunes".
  • D'une manière générale, les "gilets jaunes" sont toujours soutenus par 6 Français sur 10 en moyenne, mais la population est divisée à 50-50 sur la suite à donner - arrêter ou continuer.

Autres sondages

  • 9 Européens sur 10 (France, Allemagne, Espagne, Italie, Royaume-Uni) disent avoir une bonne image des activités spatiales menées en Europe. Selon eux, ces dernières stimulent la recherche scientifique (cité par 9 sur 10), font rêver les gens (5 sur 6) et favorisent la coopération entre pays (5 sur 6) (Harris, 5227 Européens, 20 au 21 décembre).
  • 5 Français sur 6 disent avoir une bonne image de l'Allemagne, mais seul 1 sur 2 déclare l'aimer (Ifop, 1302 personnes, 4 au 11 décembre). Un peu comme le premier de la classe en somme: vous le respectez mais ne l'aimez pas spécialement.
  • 5 Français sur 9 (55%) considèrent que le système de retraite actuel fonctionne mal, pendant que 2 sur 3 le trouvent injuste (Elabe, 1001 personnes, 8 au 9 janvier). Ce qui veut dire qu'environ 1 Français sur 10 trouve que ce système est injuste, mais qu'il fonctionne bien.
  • Seuls 4 Français sur 10 ont une image positive de l'Olympique de Marseille - une baisse de 14 points en 9 mois. 5 amateurs de football sur 9 considèrent cependant que l'OM doit garder le même entraîneur (Odoxa, 1005 personnes, 9 au 10 janvier).
  • 3 Français sur 4 estiment que la France ne se donne pas les moyens de lutter contre la corruption des élus, et 1 sur 2 ne fait pas confiance aux partis politiques pour régler le problème (Ifop, 1007 personnes, 8 au 9 janvier).
  • Pour 2019, 3 Français sur 4 pronostiquent une faible croissance économique et 7 sur 10 une hausse des impôts. 3 sur 4 ne voient pas d'amélioration du pouvoir d'achat et 8 sur 10 ne croient pas à une baisse de chômage. Rassurez-vous: seul 3 sur 10 pronostiquent un crack immobilier (Odoxa, 1004 personnes, 2 au 3 janvier).
  • La qualité de l'air est la première préoccupation environnementale des habitants de la région Ile-de-France, même si moins d'1 sur 6 dit s'informer régulièrement sur la qualité de cet air. Cependant, 8 Franciliens sur 10 sont favorables à des restrictions de circulation pour certains véhicules (7 sur 10 pour ceux se déplaçant en véhicules motorisés) (Ifop, 1009 Franciliens, 29 juin au 3 juillet).

La popularité de Macron

La popularité nette d'Emmanuel Macron reste stable dans notre agrégateur, pour la deuxième fois seulement depuis fin septembre 2018. Il s'établit donc à -47,5 points (25% approuvent, 72,5% désapprouvent). Son approbation nette était à -47 points fin décembre (26% vs. 72%), et il a donc perdu 40 points de popularité nette sur l'ensemble de l'année 2018 (il était à -7,5 points début janvier 2018). C'est surtout la deuxième partie de l'année qui a entamé sa popularité, puisqu'il a perdu 32 points sur 40 entre juin et décembre. Il est ainsi au même niveau de popularité que F. Hollande au même moment de son mandat, et 16 points derrière N. Sarkozy.

La question de la semaine

Avant les vacances, nous vous demandions dans quel pays européen les femmes se sentent les plus / les moins épanouies sexuellement et sentimentalement. Réponse : les Françaises sont les plus insatisfaites de leur vie sexuelle (1 sur 3), contre 1 Allemande sur 5 et 1 Néerlandaise sur 4 (Ifop, 6029 femmes, 6 au 9 juin). Dans le même temps, 4 Néerlandaises sur 10 se disent « très satisfaites » de leur vie sexuelle - environ 7 points de plus qu'en France, Espagne ou Italie (3 sur 10).

Et voici notre nouvelle question : à combien estimez-vous le coût des activités spatiales pour les finances publiques françaises, par an et par citoyen ? Réponse dans 7 jours, dans le prochain PollsCatcher... Entre-temps, vous pouvez nous répondre par mail, twitter ou même pigeon voyageur.

Alexandre Andorra est co-fondateur de PollsPosition.